Bases communes

Qu’est-ce qui fait qu’une population est en meilleure santé qu’une autre?

Qu’est-ce que la santé ? Au Québec, il est d’usage de considérer la santé dans une perspective dynamique plutôt que statique.

Selon cette vision, la santé résulte d’une interaction constante entre l’individu et son milieu. Elle n’est plus considérée uniquement comme l’absence de maladie, mais comme une ressource de la vie quotidienne.

Précisément, la santé est définie comme la capacité physique, psychique et sociale des personnes d’agir dans leur milieu et d’accomplir les rôles qu’elles entendent assumer d’une manière acceptable pour elles-mêmes et pour les groupes dont elles font partie.


QUÉBEC, Loi sur les services de santé et les services sociaux : L.R.Q., chapitre S-4.2, à jour au 1er novembre 2011, article 1, [En ligne].

Qu’est-ce qui détermine la santé?

La carte de la santé et de ses déterminants comprend quatre champs déployés en cercles concentriques autour de l’élément central, auquel ils contribuent : l’état de santé de la population

Ces quatre champs sont :

les caractéristiques individuelles
les milieux de vie
les systèmes
le contexte global

Tous les déterminants de la santé se retrouvent dans l’un ou l’autre de ces champs. La ligne pointillée qui les sépare illustre les influences que les déterminants ont les uns sur les autres.

Un « environnement favorable à la santé » présente des conditions propices à la santé.

Dans le cas des saines habitudes de vie et de la prévention des problèmes reliés au poids, un environnement favorable signifie que ces conditions aideront à faire des choix sains, à adopter des comportements alimentaires meilleurs pour la santé et à avoir un mode de vie physiquement actif.

Elles contribueront aussi à développer et à maintenir l’estime de soi et une bonne image corporelle.

Un environnement favorable à l’alimentation, à un mode de vie physiquement actif et à la prévention des problèmes reliés au poids réfère à l’ensemble des éléments de nature physique, socioculturelle, politique et économique qui exercent une influence positive sur l’alimentation, la pratique d’activités physiques, l’image corporelle et l’estime de soi.

Les éléments peuvent faire partie du micro ou du macroenvironnement et doivent être considérés dans leur réalité objective ou perçue, ainsi que dans la complexité de leurs interrelations.